Anatomie d’un scandale (du net)

Dear english-speakers, I’ve written a few articles in French these last few weeks (interesting things happening in my country!), and I’m sorry if you don’t feel included. So here’s the gist for this one: our most inovative ISPs has just updated its router with a new “adblock” option, which is on by default, and it’s understandably sparking huge debates. I’d love to have your opinion on the topic, if you feel so inclined.

Cette semaine, Free a ému la toile française. J’ai lu beaucoup d’articles et de réactions sur le sujets, et j’ai aussi lu beaucoup d’amalgames grossiers sur les questions que pose cette situation. Comme je l’ai fait dans mon article sur le mariage homosexuel, je vais tenter d’analyser les différentes réactions et de donner mon interprétation de manière aussi dépassionnée que possible.

L’état des lieux :

Pour ceux qui ne connaissent pas la situation, Free a mis à jour sa Freebox le 3 janvier dernier, en intégrant une option qui bloque en théorie la publicité sur tous les sites internet. Ce type d’outil, appelé “adblock”, existe depuis longtemps, et chacun peut facilement installer un logiciel qui a la même fonction sur son ordinateur. Une des spécificités les plus commentées de la version de Free est qu’elle est “active par défaut”.

Les réactions :

Je vais évoquer tour à tour les différentes réactions que j’ai lu, et proposer mon analyse pour chacune. Si l’article est trop long, je vous propose de lire celles qui vous intéressent, pour vous faire une idée sur la chose.

  • La pub est un péché, bon débarras.
    Quand on parle de pub, on entend forcément des gens nous expliquer à quel point la pub est un maléfique, impure, et à proscrire dès que c’est possible. Les mots que j’emploie sont forts, mais le sentiment ne l’est pas moins…
    Je suis le premier, dans mon émission et ailleurs, à relayer l’idée que “si un service est gratuit, c’est nous sommes le produit”. C’est valable pour Facebook, Twitter et d’autres, mais aussi pour la télé, la radio ou les sites web d’information. Je ne referai pas le chapitre sur les méfaits et les bienfaits de la pubs ; contentons nous de dire qu’elle est généralement plus ou moins désagréable, et qu’elle est la source de revenus de ces services, ce que chacun comprendra aisément je pense.
    A partir de ce moment, quel que soit le jugement de valeur qu’on porte sur la publicité en elle-même, il me semble que le fait d’utiliser ces services en en retirant la pub revient à les pirater, au même titre que de télécharger un morceau de musique ou une série télé.

  • On n’entend jamais les ténors du net se plaindre du piratage et là ça pleurniche, quelle hypocrisie !
    D’abord mettons une chose au clair : le piratage est du piratage, ne nous absolvons pas de ce fait. La question de savoir s’il est “acceptable” ou pas, ou s’il est assimilable a du vol ou pas, et dans quelle mesure, est différente.
    Dans la plupart des cas, on le “justifie” quand les contenus sont “trop chers”, inaccessibles, ou trop restrictifs. Tous ces points sont discutables et subjectifs, mais ce sont généralement les arguments avancés. A noter que le malaise vient souvent aussi des procédures légales où les ayant droit exigent des réparations qui semble disproportionnées.
    Tous ces sentiments se mêlent, là où il est important de garder la tête froide. Dans le cas de la musique par exemple, qui est aujourd’hui disponible à des tarifs plus que raisonnables et sans restrictions sévères (fichiers sans DRM, forfaits mensuels illimités), on a bien du mal à arguer du fait que le piratage se “justifie”. On admettra d’ailleurs que le problème tend à disparaître (ou au moins à être moins au centre des débats) depuis que la musique est facilement accessible et à des tarifs “acceptables”.
    Pour la question de la publicité sur le net qui nous occupe aujourd’hui, on est à mon sens dans une configuration “douce” : ces services, qui nécessitent beaucoup de travail, sont accessibles gratuitement, justement grâce à la pub. Chacun pourra évaluer si oui ou non cette “transaction” vaut le coup, mais dans le cas où on ne l’accepte pas, la réponse approprié me semble être de ne pas utiliser le service, et non à leur “supprimer” leur monétisation.Il faut aussi ajouter que, sur la question des modèles économiques, les solutions “payantes” ont été tentées à maintes reprises. On ne peut pas parler d’inertie ou de paresse de la part des éditeurs de sites web. Essai après essai, les utilisateurs ont parlé : ils n’en veulent pas. Même quand la somme est modique, le pourcentage de ceux qui acceptent de payer est minime. Pire, on assiste souvent à un déluge de négativité et d’insultes envers ceux qui essayent ce modèle, et les simples “dons”, proposés aux utilisateurs qui veulent soutenir les sites qu’ils aiment, ne rencontrent pas beaucoup plus de succès. et les solutions où la contribution permet simplement le retrait de la publicité sur le site n’ont pas plus de succès.
    La configuration la plus parlante est celle où on propose aux utilisateurs de payer un compte “premium” qui retire les pubs… Là encore, la réponse est claire : hormis quelques courageux dont l’effort est louable, les utilisateurs n’en veulent pas. Bref, il n’y a pas trente-six mille solution pour utiliser un service ou profiter d’un contenu : soit on fait payer, soit on finance par la pub. A partir du moment ou les deux sont proposés de manière raisonnable et mesurée, j’estime qu’on ne peut pas reprocher aux sociétés qui produisent les sites et services de ne pas être de bonne foi. Et donc, mathématiquement, le “piratage” de ces contenus ne relève plus à mon sens de “l’action militante pour un réveil des dinosaures de l’industrie” qu’invoquent certains pour justifier leurs actions, mais bien de la malhonnêteté ou de la paresse.
  • La neutralité du net est en danger… n’est-ce pas ?
    La neutralité du net veut que les données transmises par les réseaux soient livrées aux utilisateurs finaux sans altération. En l’occurrence, Free altère bien ce contenu, et met en danger ce principe fondateur. Si cette démarche est acceptable, pourquoi ne pas accepter alors qu’un autre FAI remplace les pubs du site par d’autres, qu’elle ferait payer à ses annonceurs ? Ou qu’une chaîne de télé demande à certains FAI dont ils sont proches de retirer certains éléments des pages de résultats des moteurs de recherche de manière transparente, au motif qu’il s’agirait de “contenus pirates” ? Pourquoi ne pas accepter qu’un FAI refasse la mise en page de sites d’information pour privilégier certains articles ou en faire passer d’autres en bas de page ? Pourquoi encore ne pas imaginer, pour rester dans l’actualité, que les groupes de presse demandent aux FAI Français de bloquer l’accès à Google Actualité parce qu’ils estiment (à tort selon moi) que ce service n’est pas compatible avec leur modèle économique ?
    Pourquoi, demande-je quatre fois, et je pourrais le faire un millier de fois encore, et évoquer par exemple la censure ou la concurrence déloyale.
    La réponse est double : parce que sans la sacro-sainte neutralité du net, toutes les dérives sont possibles, et parce que les FAI ne peuvent pas devenir des gendarmes du net, décidant selon leurs envies et leurs intérêts ce qui est acceptable et ce qui n’est l’est pas. Nous avons déjà un appareil législatif qui est prévu pour ça, nous n’avons pas besoin de milices privées en plus.L’analyse devrait s’arrêter là, mais certains, comme Benjamin Bayart dans son excellent article, font la différence entre “neutralité du net” et “neutralité des opérateurs techniques”, au motif qu’un utilisateur peut utiliser un autre équipement (routeur) pour se connecter. Cet argument est à mon sens spécieux, et touche d’une part à la question que j’évoque juste en dessous (le comportement des utilisateurs) et d’autre part à un “pinaillage” habile : certes, techniquement le réseau lui même ne filtre rien, puisque c’est la “box” qui est active. Mais le résultat n’en n’est pas moins le même : les utilisateurs se retrouvent avec un contenu altéré, du fait de l’action du FAI. Si je ne doute pas de la sincérité de Benjamin, je pense pour ma part qu’il laisse sa dévotion théorique brouiller son analyse de la pratique : cette action de Free est une vraie infraction au fonctionnement du net.
  • Une option est une option, et j’utilise déjà Adblock, je ne vois pas le problème.
    D’une part, comme je le détaillais plus haut, l’utilisation d’un Adblock me parait difficilement justifiable. Mais je suis d’accord : en soi, ça n’est pas vraiment un problème qui mérite un long débat. Alors pourquoi les choses sont-elles différentes ici ?
    La réponse est simple : l’apathie. Il faudra en effet une bonne dose de mauvaise foi pour ne pas admettre que, pour l’immense majorité des utilisateurs, la procédure de désactivation de cette option ne sera jamais envisagée. A chaque fois que ce cas de figure s’est posé (Facebook, Microsoft, etc), nous avons constaté que le paramètre “par défaut” reste en place pour la majorité des utilisateurs, et que ce soit par paresse ou par manque de connaissances techniques, il conditionne durablement l’utilisation du produit.
    L’importance de ce choix est donc difficilement discutable, et on conviendra alors que, quelles que soient les possibilités de désactivations “théoriques” proposées, dans les faits, Free “impose” l’Adblock à ses utilisateurs.
    D’où le malaise : si le choix de quelques-un n’est pas problématique, ce même comportement devient préoccupant quand on l’applique à la majorité.Faisons ce parallèle osé : en admettant que l’Adblock est l’équivalent publicitaire du piratage, comme je l’explique plus haut, alors un système “anti-pub” est l’équivalent d’un système “anti-paiement”. Un fonctionnement équivalent (appelons-le “Payblock”) serait le suivant : quand vous cliquez dans iTunes sur le bouton “acheter” d’un morceau ou d’un film qui vous plait, le système bloque l’achat et lance immédiatement le téléchargement depuis une autre source “gratuite” (The Pirate Bay, au hasard). Je pense que même pour ceux qui ont déjà téléchargé un petit truc à droite ou à gauche, ce système paraîtra sensiblement moins acceptable que celle de l’Adblock de Free. La comparaison est-elle exagérée ? Sans doute un peu… mais pas de beaucoup. Si l’un vous choque, l’autre devrait vous choquer tout autant.
  • Ca gueulait sur la presse il y a deux mois et maintenant ça pleurniche, quelle hypocrisie!
    Là encore, l’argument est superficiel.
    Re-précisons les choses : la presse Française voudrait imposer à Google de payer pour les liens qu’ils indexent, alors que le lien est un des fondements du web. En ce sens, ce qu’ils demandent viendrait perturber le fonctionnement même d’Internet. Et je ne parle même pas du fait qu’ils exigeraient que Google soit également contraint de les indexer, ce qui dépasse le bon sens. Effectivement, la plupart des acteurs du net ironisaient à l’époque sur l’incapacité de la presse à gérer les réalités du “nouveau monde”, voir à le mettre en danger.
    Ici, Free se situe plus du coté de la presse que du coté de ceux qui défendent le fonctionnement de ce fameux nouveau monde : comme je le disais plus haut, l’action d’un Adblock altère le contenu qui est transmit, et en ce sens enfreint un des principes du net, tout comme la presse voudrait arranger le fonctionnement du réseau pour accommoder leur fonctionnement vieillissant.
    Mais les choses vont plus loin : là où la presse n’arrive pas à changer et survivre à une évolution naturelle de la technologie, le acteurs du net touchés par l’action de Free s’en accommodent très bien, ou au moins tant bien que mal, et développent justement des modèles économiques adaptés aux demandes du marché. Certes les possibilités techniques de contrevenir à leurs modèles existent, et sont parfaitement tolérables, mais les “imposer par défaut à tous les utilisateurs” revient à pointer sans raison un missile chirurgical sur un modèle économique, puisque l’Adblock a été spécifiquement conçu pour bloquer la publicité (c’est dans le nom, hein). Ca revient à institutionnaliser le système de “Payblock” que j’évoquais plus haut : c’est difficilement justifiable, même avec la meilleure volonté du monde.
    La chose est d’ailleurs tellement surprenante qu’on se demande un peu quelle mouche a piqué Free… Et on en vient au point suivant.
  • Free attaque Google.
    On le sait, Free et Google sont depuis de nombreux mois (années ?) dans un combat sans merci. Le problème : YouTube consomme énormément de bande passante, et le poids de ces dépenses revient habituellement sur les FAI, et non aux “OTT” en général (les OTT sont les services “Over The Top”, qui se construisent et “font leur beurre” sur l’infrastructure du net). Le consensus est que les FAI reçoivent déjà un paiement de leurs abonnés pour accéder “au web”, et qu’ils ne devraient pas être également payés par ces divers fournisseurs de contenu. Parce que ça n’est pas leur rôle d’une part, et pour des questions d’indépendance et de concurrence d’autre part : si les FAI peuvent exiger un paiement (ou une contribution à l’infrastructure), on entre facilement dans un système où les sites doivent payer les FAI pour proposer leurs contenus… Si Daily Motion paie Free, ils pourront toucher leurs abonnés. Si YouTube ne paie pas, ils ne seront pas chez Free, et le déséquilibre peut devenir dangereux : Internet peut devenir “enclavé”, avec certains utilisateurs qui ont accès à certains services, et d’autres non. Sans parler des nouveaux services et des nouvelles sociétés, qui reposent sur les technologies innovantes (et parfois gourmandes en infrastructure), et qui n’auront pas les moyens de payer leur dîme.
    On en revient, encore une fois, à la sacro-sainte neutralité du net. Et cette variante du combat, qui se joue entre FAI, CDN et OTT, ne date pas d’hier, et Free n’en est pas le seul acteur. NetFlix par exemple, qui délivre aux états unis des quantités de données astronomiques, s’est déjà heurté au problème. A chaque fois, me semble-t’il, il s’est agit de tentatives pour trouver un bouc émissaire bien pratique pour tenter de se dérober un peu à ses “obligations”. Mais c’est un autre débat. Dans le cas de YouTube, Free a donc décidé de ne pas payer, et la connexion à YouTube pour ses utilisateurs est beaucoup plus lente qu’ailleurs (certains ont parlé d’une amélioration en décembre, mais pour d’autres la situation semble rester insupportable). Est-ce par faute de moyens (le revers de la médaille d’un fournisseur d’accès qui a cassé les prix et révolutionné le marché) ? J’en doute, mais c’est possible.
    Le débat d’aujourd’hui est de toute manière ailleurs : YouTube appartient à Google, et Google fait son argent… par la pub. En bloquant la pub pour une partie significative de ses abonnés, Free donne un coup de poignard très ciblé à la firme américaine. Un goutte d’eau à l’échelle globale ? Là encore, c’est possible, mais Google France n’est pas Google tout court, et ils ont des comptes à rendre comme tout le monde… D’autant plus que le blocage semble toucher aussi la pub vidéo sur YouTube directement. Accessoirement, il semble que le blocage concernent certains sites et pas d’autres (le site du Monde par exemple, serait épargné). Là encore, le flou est inquiétant, et pose des questions sur les motivations, même si Xavier Niel explique faire un “acte citoyen“). J’irai même jusqu’à dire que d’une manière ou d’une autre, je ne suis pas certain de la légalité de la chose…

Voila donc mon “petit” compte rendu. Je ne doute pas que d’autres aient des opinions différentes, et je serai heureux de les entendre. En attendant, je conclurai en disant que je ne vois pas comment Free va pouvoir tenir ce coup, et que j’imagine très bien un retour en arrière, calculé et habile, en faisant en sorte que cette option soit présente mais finalement “désactivée par défaut”… Nous verrons bien.

January 5th, 2013
  • http://twitter.com/Thexilam Thexilam

    Simple question, tu n’as jamais, oh grand jamais, installé et utilisé AdBlock ? 

  • fklingler

    Ce serait si surprenant ? Perso je l’ai installé une ou deux fois, à chaque fois désinstallé dans les quelques heures suivant, ça me gonflait trop.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Jamais. Mais ça ne veut pas dire que je n’ai jamais piraté quoi que ce soit hein, soyons honnêtes. Et je ne jette pas non plus une pierre *immense* à ceux qui utilisent Adblock, mais il ne faut pas se voiler la face et prétendre qu’un Adblock n’est pas du piratage.

  • fklingler

    Ce serait si surprenant ? Perso je l’ai installé une ou deux fois, à chaque fois désinstallé dans les quelques heures suivant, ça me gonflait trop.

  • NotNicco

    Il existe quand même de subtiles différences entre un revenu classique (par paiement bancaire) et un revenu publicitaire. Lors qu’un annonceur décide de payer un site pour promouvoir son produit, il sait à l’avance que sa réclame touchera un certains pourcentage de l’audience du site. De même que certains change de chaine pendant les coupures pubs (ou vont aux toilettes), certains ne regarde pas les pubs sur les sites web. L’arrivée des adblocks à amplifié ce phénomène, et la décision de Free a menacé de le généraliser. 
    Tout ça pour dire qu’un revenu publicitaire est plus aléatoire qu’un revenu classique, et que baser son business model uniquement dessus est donc plus risqué. Certains ont peut être pris conscience de cela avec l’adgate.

  • fklingler

    Tout le monde est bien content que beaucoup de services utilisent ce business model… C’est les utilisateurs qui seront pénalisés au final, si la publicité sur le web serait “supprimée”.

  • Bob

    Apparement, ils viennent d’annoncer que le dispositif aller etre supprimer a partir de dimanche soir, lundi matin au plus tard
    Je suis surpris comment cette fonction a fait parler tant de monde

  • http://twitter.com/Thexilam Thexilam

    Ce qui me dérange c’est le terme piratage. Piratage c’est l’obtention frauduleuse de la chose d’autrui (je prends la définition du vol là). Est ce que , en bloquant la pub, on vole le contenu ? 
    Il est certain qu’on coupe le moyen de financement, mais est ce du vol ? Au regard de la définition, non.Lorsque nous regardons une chaine de télé, et que nous changeons de chaine en attendant la fin de la pub, volons nous le contenu  ? Je n’en suis toujours pas certains.

    Après sur le reste je suis d’accord, mais je trouve la blogosphere technophile un peu faux cul sur le coup : TOUS mes amis geek (je me mets dedans) ont AdBlock installé. Peut etre pas toi Patrick ,  et nous sommes un peu trop schyzophrène, j’en conviens : on tend à défendre un systeme alors que par notre comportement on tue ledit systeme. Mais soyons honnete, pendant des années j’ai “surfé” sans adblock ni Chrome, et dès que tu affiches certaines pages tu as 15 pop up, c’est insupportable. 
    Alors arreter AdBlock pourquoi, si l’on régule un minimum l’intrusivité de la pub.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Admettons, mais ce débat est différent. En l’occurrence de nombreux sites ont essayé les deux modèles, et on ne peut donc pas accuser l’industrie de se cantonner à un type de monétisation qui ne correspond pas aux attentes du marché…

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Ah, je viens de voir ça ! Je mettrai l’article à jour si ça se fait, mais comme je le disais à la fin, la chose ne me parait pas tenable, je ne vois pas comment Free pourrait ne pas faire marche arrière…

  • NotNicco

    Je suis d’accord fklinger, je dis simplement qu’on ne peut pas tout à fait assimilé la publicité à un paiement classique. Il est illégal de ne pas payer un produit normalement payant (le voler quoi), mais il est légal de ne pas regarder la publicité. 
    Ensuite, si on installe un adblock, c’est plus compliqué. Ca va dépendre si le site gagne de l’argent au clic ou à l’affichage notamment. 
    Je ne dis pas “la pub c’est mal, l’adblock c’est bien”, simplement que les annonceurs ont conscience que x% des visiteurs ne verront pas ou en auront rien à foutre de leur pub.
    C’est comme ça et ça l’a toujours été. Mais si ce pourcentage augmente trop, ça peut devenir très problématique.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    A mon avis ça n’est pas la bonne question ; la bonne question serait de savoir si le piratage est du vol, pas si Adblock est du piratage. Sur cette dernière, il n’y a aucun doute permis à mon sens : tu accède à un contenu en privant celui qui a travailler pour le construire de sa monétisation. Si tu n’aimes pas la pub, la “vraie” méthode est de ne pas consulter le site, pas de l’Adbloquer. Surtout quand, encore une fois, de nombreux sites ont tenté de proposer des abonnements premium “sans pub” dont personne n’a voulu ; ils n’ont donc pas le choix.

    Quand aux “15 popup”, je pense que tu exagères aussi ; il y a des sites où les choses sont pénibles pendant certaines campagnes, mais ça ne dure généralement pas. Et si les choses sont trop gênantes, encore une fois, je trouve que la bonne méthode est de trouver un autre site avec moins de pub, pas d’Adblocker… :)

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Tu as raison, et personnellement je ne regarde quasiment jamais la pub, et je dois cliquer dessus une fois tous les deux ans (et encore). C’est l’équivalent de se lever pour aller au toilettes pendant la pub à la télé. L’Adblock, c’est encore différent…

    Et si on peut admettre que certains ne le regarderont pas et inclure les “Adblockeurs” dedans, si Free transforme tous ses utilisateurs en adblockeurs d’un coup, ça devient effectivement un gros soucis, comme tu le suggères et comme je le dis aussi dans l’article.

  • http://twitter.com/Thexilam Thexilam

    En tout cas, au sens juridique, pirater s’assimile au vol.
    Bien sur que j’exagere sur les 15 pops up (et encore , il y a 5/10 ans, c’était véridique) , et ta “foi en l’être humain” me fait sourire : les gens, en pratique, ne vont pas perdre du temps à chercher un site ayant le meme contenu : ils vont chercher simplement à supprimer ce qui les dérange. Ta réflexion sur les donations est par contre vrai : dès que tu demandes un autre mode de financement, ça crie au scandale (instant nostalgie avec ma donation au pourboire d’azeroth.Fr :p)  , donc je ne pense pas que ce systeme soit viable. Effectivement, à défaut de mieux, la pub est la meilleure solution, bien qu’aisement contournable.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    > instant nostalgie avec ma donation au pourboire d’azeroth.Fr :p
    o/ *hugs* *bisous* *joie* :)

  • http://twitter.com/Thexilam Thexilam

    Haha :D

  • tootow

    J’utilise personnellement un adblock quand je navigue sur le net. Pour lutter contre ces pubs absolument infâme qui t’ouvre 20 fenêtres, qui ne se ferme pas en un clic simple mais te demandent de confirmer 8 fois, qui pop sans cesse, qui font du bruit etc etc. Dans l’underground du net c’est vraiment hardcore (Je cauchemarde toujours de cette soirée ou j’ai traîné sur les forums d’hamachi …)Après ça, je le désactive sur tout les sites que j’utilise régulièrement et qui je le sais en ont “besoin”, qu’il soit grand ou petit, les revenus publicitaires sont important, car comme tu le dis Patrick le service est gratuit généralement, et c’est un juste retour que de les aider , toujours gratuitement (c’est ça qui est fort), faut juste s’habituer à fermer ou ignorer des petites fenêtres.
    Maintenant c’est vrai que j’y pense pas directement tout le temps. Dernièrement je suis allé sur le site de http://www.ogaming.tv/ , et pour ceux qui ont un adblock, les bandeaux de pub font une petite blague sur le besoin du site de pouvoir profiter de ces revenus pour avoir plus de Nydus (!), et bien j’ai désactivé sans réfléchir de suite.

    Pour le cas de Free, n’étant pas abonné chez eux j’ai pas ce dilemme, d’autant que dans mon cas il est déjà réglé (et j’assume mes choix qui ne seront forcément pas partagé par tout le monde). Maintenant quand j’ai lu ça j’ai eu du mal à y croire, Free jette un semi remorque de pavé dans mare. J’ai du mal à comprendre leur décision, j’attend des déclarations de Xavier Niel, qu’il nous donne son avis sur la chose histoire de mieux comprendre ses choix (ça aide pas forcément à les accepter, mais au moins à comprendre pourquoi).
    Cette histoire va durer des semaines si ils restent sur cette position, comme tu l’as dis à nos amis anglophones, il se passe des choses passionnante dans notre pays !

    edit : ah, ils reculent apparemment. C’est pas étonnant, tant mieux peut être. Mais j’aurais quand même aimé voir plus de débat là dessus et l’avis de Free.

  • samtonc

    Bonjour Patrick,

    Je trouve ça facile de dire qu’éviter une pub c’est du piratage pour faire culpabiliser les utilisateurs. Je n’affirme pas avoir une solution mais je pense que l’utilisation des publicités est complétement abusif (agressif, intempestif)  sur internet et qu’il s’agit donc simplement d’une étape dans l’évolution de notre média favori.

    Certes, Free n’a pas a imposer ses choix aux utilisateurs, mais je ne pense pas que ce choix d’adblock soit destiné à des pubs classiques telles que les pubs incorporées au site nowatch, par exemple mais plutôt à des pubs intempestives auxquelles les utilisateurs d’internet ne devraient pas, selon moi, être confrontés.

    En suivant mon raisonnement, il faudrait règlementer la diffusion des publicités sur internet, de façon à ce que ces publicités restent visibles mais ne gênent pas l’utilisateur lorsqu’il utilise internet. En effet, Free estime sans doute, en tant que FAI, que ses utilisateurs paient un service et qu’ils ont donc le droit de l’utiliser dans des conditions acceptables.
     

  • HibbLive

    Ok la neutralité toussa toussa.. l’information arrive à la porte de l’internaute sans être modifiée. La neutralité du net n’est pas engagée. Libre a lui d’utiliser ou non le modem/routeur fourni par son FAI. Et encore on parle bien d’une OPTION. Bref. 
    Mais personne n’est dupe et tout le monde a vu que le grondement est arrivé par les petits acteurs internet qui sont passés au statut “pro” grâce à la publicité.C’est quoi cette hypocrisie ambiante depuis quelques jours?Lorsque Microsoft décide de mettre dans IE 10 un DoNotTrack cela est à peine relevé dans les médias. Quand l’un des plus grand antivirus AVG Free 2013 intègre aussi cette fonction personne n’en parle du tout. Quand Google décide d’intégrer la même fonction dans Chrome la grande majorité s’en fout royalement. Alors la levée de boucliers envers Free est vraiment démesurée. La publicité n’est pas un BM viable que cela vous chante ou non.Vous profitez de ça pour le moment et vous ne jouez pas du tout la transparence. Mais un jour ça se cassera la gueule, qu’il y ai un autre modèle ou non. Et ce n’est certainement pas aux internautes de vous trouver un financement à vos dépenses et rémunération. C’est vous qui avez choisi de vivre de ça et qui choisissez d’agrandir vos infra. J’ai pas du tout envie d’entendre dire qu’il y a un manque a gagner car je ne donne plus assez d’argent.

  • Jerome

    ” La publicité n’est pas un BM viable” : Télé, radio, journaux gratuits (papier) sont pourtant sur ce principe.Pour DNT sur ie10 à peine relevé : http://en.wikipedia.org/wiki/Do_Not_Track#Internet_Explorer_10_default_setting_controversy

  • http://www.facebook.com/chris.hartwig Chris Hartwig

    Les grands absents de cette polémique : les annonceurs…

    Les annonceurs vont se retrouver avec un problème : toucher les utilisateurs de Free.
    Ca s’appelle une opportunité de business.

    C’est Google qui risque d’y perdre beaucoup… Les annonceurs et les diffuseurs de pub trouveront toujours une façon de travailler ensemble.
    Ne résistez pas au changement, adaptez-vous !

  • Nicolas Fevrier

    Le filtrage du script Analytics fait penser que c’est Google qui est la cible unique de cette campagne de com’ (oui, on dit “buzz”).
    Je ne pense pas un instant que l’activation de la fonctionnalité par défaut n’est pas une “erreur de stagiaire” mais une démarche réfléchie.
    Proposer ce système avec un peu plus de paramètres (gestion de listes) et désactivé par défaut, Free en serait sorti avec une image d’innovateur encore plus forte. 
    Le choix inverse laisse un goût amère dans la bouche de certains clients qui se sentent pris en otage (et pas de syndrome de Stockholm ici) et je ne sais pas si cette stratégie sera payante au final: plus d’argent gagné à faire plier Google que de revenus perdus avec des clients qui les quittent et qui leur font un mauvais bouche à oreille.
    Après avoir révolutionné le monde des telecoms français (ADSL puis Mobile, et pour cela, ils garderont ma gratitude éternelle), Free semble avoir perdu son “cool”.

  • Jdesm

    Ou alors sous couvert de coup de semonce c’est un énorme coup de pub du style “regardez comme on protège les utilisateurs des méchants annonceurs et de la méchante pub” ;-)

    Ça tombe bien Free n’avait rien annoncé de spécial depuis quelques mois et on ne parlait d’eux récemment que pour leurs filtrages de YouTube etc…

  • http://twitter.com/___Remy Rémy

    Très bon article, synthétique et clair comme toujours. Merci!
    Je ne suis pas certain toutefois que “installer un Adblock équivaut à pirater” : je suis tout de même libre, sur mon ordi, de configurer la manière dont s’affichent les pages? Si je veux désactiver javascript, les images ou le flash player, cela bloquera également certaines pubs, n’est ce pas? Et je n’en aurais pas le droit sauf à être considéré comme pirate? Si je veux bloquer toutes les requêtes provenant de pub.doubleclick.com, via un plugin comme adblock, ou en configurant mon fichier host, je ne vois pas au nom de quoi on pourrait m’en empêcher? Si leFigaro.fr souhaite à tout prix que je voie ses pubs, c’est à eux de trouver le moyen de m’atteindre, sans me dicter ma manière de surfer sur le web.

  • Bentoubab

    Article très intéressant!
    Je pense tout de même que la démarche de free n’est pas fait pour tenir dans la durée mais plutôt pour taper du poing sur la table et d’emmerder google, histoire de marquer le coup!
    Quand a taxer l’adblock de piratage, le mot est fort, surtout ces temps-ci, et en théorie ça se tient! Le soucis c’est que le rapport n’est pas assez direct, que beaucoup de gens n’ont pas forcément conscience qu’il permettent a d’autres internautes de gagner de l’argent rien qu’en allant sur leur page.
    Qu’il est aujourd’hui très facile de monétiser son site web par la pub, (plus compliquer de gagner des sommes conséquentes) on vit quand même une époque formidable : imaginez un peu, c’est comme si rien qu’en rentrant dans une boutique, le vendeur gagner de l’argent, c’est quand même sympa comme moyen de gagner (une partie de) sa vie, on a tendance à vite l’oublier.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Sur le principe, non, tu n’es pas libre de faire ce que tu veux sur ton ordi. Tu n’as pas le droit, par exemple, et télécharger des morceaux de musique ou des films illégalement. Tu n’as pas non plus le droit de créer des sites incitant à la haine raciale. Ou encore d’héberger des plans d’ogives nucléaire par exemple.
    Les exemples sont un peu idiots, mais c’est juste pour expliquer que tu n’as pas le droit de faire absolument tout ce que tu veux parce que c’est “ton ordi”. L’ordinateur est un outil, l’utilisation est aussi réglementée par la loi que n’importe quel autre.

    Alors ensuite, installer un Adblock c’est pas franchement la fin du monde, mais j’ai du mal à comprendre comment on peut défendre l’idée que ça n’est pas l’équivalent du piratage de fichier : tu te procure un bien (en l’occurrence les pages web en question) en ôtant spécifiquement le moyen de rémunération auquel il est attaché… Si c’est pas la même chose que de télécharger un MP3 d’un site pirate, je sais plus comment je m’appelle.

    Est-ce qu’on devrait envoyer les gens en prison pour l’utilisation d’un Adblock ? Sans doute pas, non. Mais est-ce qu’on devrait prétendre que ça n’a rien à voir avec du piratage ? Non plus. Un peu d’honnêteté ferait du bien à tout le monde dans cette conversation…

    (J’ajoute encore une fois que le fait de savoir si le “piratage” est ou non du “vol” au sens ou on l’entend quand quelqu’un va piquer un CD à la Fnac est un tout autre débat… dans lequel je ne me lancerai pas ici. Donc si je pense qu’un Adblock soit bien du piratage, je ne suis pas 100% certain que ça soit du vol).

  • Rémy

    Attention à ne pas déformer mes propos: je n’ai pas écrit que je faisais ce que je voulais sur mon ordinateur! J’ai écrit “configurer la manière dont s’ affichent les pages”. Ce n’est pas tout à fait pareil! Ce n’est pas du piratage, encore moins du terrorisme!
    Rémy

  • Claude M.

    Il y’a qq chose qui ne va pas dans ton raisonnement Patrick : “J’ai du mal à comprendre comment on peut défendre l’idée que ça [adblock]  n’est pas l’équivalent du piratage de fichier : tu te procure un bien (en l’occurrence les pages web en question) en ôtant spécifiquement le moyen de rémunération auquel il est attaché… ”
    C’est peut etre ton coté bisounours, mais c’est tout simplement faux. La gratuité sur le net (ou ailleurs) c’est une illusion. La pub est toujours financée, et par le consomateur (nous, donc). Quand tu achètes un Samsung, le budget communication de la firme est compris dans le prix du produit. C’est comme ça pour toutes les marques et tous 

    Nous payons tous la publicité.

    A partir de là refuser de la subir devrait être un simple droit de consomateur. Mais non, on nous l’impose.

    Autre point avec lequel je ne suis pas d’accord (mais pas le temps de développer malheureusement) : l’atteinte à la neutralité du net. Ma vison de la neutralité c’est de faire parvenir à un internaute les informations qu’il demande sans qu’elles soient altérée. Ce n’est pas autoriser n’importe quel contenu à accéder à tous les internaute. Or qui se connecte spécifiquement pour voir de la publicité ?

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Merci pour le commentaire sur les bisounours, mais je crains que tu te confondes un peu tout. D’une part j’estime personnellement que la réponse la plus “honnête” à un “rejet” de la pub n’est pas de prendre le produit en en supprimant la pub, mais de ne pas regarder le produit (tout comme quand tu trouves qu’un produit est trop cher, la réponse appropriée n’est pas de le prendre quand même sans payer, mais juste de ne pas le prendre). Quand tu regardes les pages web tout de même en supprimant la pub tu ne rejettes pas le procédé, tu te permets d’obtenir ce que tu veux en privant quelqu’un de la contrepartie qu’il demande. C’est, à mon sens, malhonnête.
    Et d’autre part, le “coût” intégré de la pub et du marketing est intégré par les annonceurs et n’a rien à voir avec le média qui la diffuse ; le fait que la pub disparaisse ne changera peut-être pas la vie de l’annonceur  (si ce n’est que la pub a tout de même comme fonction de faire connaitre les produits), mais pour les média le non affichage de la pub fait qu’ils ne seront simplement pas payés, et je ne vois pas très bien comment ils pourraient intégrer le “coût” du fait de ne pas être payé du tout… Si tu sais comment faire, prévenons les économistes du monde entier, parce que tu as trouvé un modèle qui intéressera le comité Nobel.Quand à la neutralité du net, c’est aussi exactement le contraire de ce que tu dis… Le principe est justement que les données envoyées sont exactement celles qui sont reçues, sans personne qui décide et interprète ce que les utilisateurs veulent ou ne veulent pas regarder. La pub n’a rien à voir là dedans, on regarde les octets qui seront modifiés, pas “ce que les octets contiennent”. Si Free peut supprimer la pub, pourquoi quelqu’un d’autre ne pourrait pas la remplacer ? Ou supprimer quelque chose d’autre ? Si toi tu n’aimes pas la pub, quelqu’un d’autre pourra ne pas aimer autre chose… Sans rentrer dans les détails, le seul et unique moyen de supprimer la subjectivité dans ces jugements est de simplement ne pas permettre la modification du tout, un point c’est tout.Effectivement, en général on n’adore la pub, mais ça n’est pas une raison. On ne fait pas d’exception à la neutralité du net, parce qu’on ne veut pas que quelqu’un décide de ce qu’on aime ou pas.

  • Samuel Merdrignac

    Bon article et résumé de la situation.
    Cependant je ne suis pas vraiment d’accord sur ton analyse sur la fait que installer AdBlock équivaut à du piratage.
    Dans ce cas, comment appelle t-on  le fait de changer de chaine lors du passage pub à la TV ?  
    Les chaines de TV ayant principalement la publicité comme principal moyen de financement.
    Adblock étant la version internet de la télécommande ( je caricature là ^^ ).
    Personnellement je ne l’utilise pas, et c’est vrai j’évite certains (bon) sites ou la pub est vraiment trop envahissante.

  • Guillaume

    Bonsoir,
    Personnellement je pense qu’il y a surtout une saturation vis a vis de la pub. Pour exemple tu payes ta place de ciné mais on te farci la séance de pub “Tv” et c’est souvent plus long que les bandes-annonces.
    Donc même quand tu payes on te sature de pub, beaucoup de sites web garnissent les contours des articles de pubs et rajoutent des popups = saturation.
    Ça me gênait pas avant mais ça c’était avant comme dise les autres. Il doit y avoir un juste milieu et peut être qu’en faisant du bruit comme le fait free cela lancera une meilleur réflexion sur le marché…..

  • gueven

    Que dire des filtres anti-spam présents dans les MDA ?
    Pourtant on peut dire que les FAI ont déjà franchi une étape concernant la neutralité du net. Le net ne se résume pas au protocole HTTP.
    Les filtres anti-spam sont aussi une forme de suppression de la publicité non voulue et certainement plus gênante que celle présente sur les sites web.
    Pourtant à l’époque personne s’en est plein …

  • Alexandre Sibony

    On a touché au portefeuille !
    Mais c’est bien de leur faire comprendre que leur modèle de génération de revenu est pourri.
    Déjà qu’ils sont trop nombreux et qu’ils se répètent. En plus ils gagnent des sous en s’échangeant du trafic (et autres petites magouilles) et certes grâce a la notoriété, mais il faut comprendre qu’il n’y a rien de gratuit, qu’il faut arrêter le gâchis car il ne restera que les meilleurs et Google nous le montre bien

  • Alexandre Sibony

    Mais quand on a adblock et que l’on va sur un site, celui détecte-il que nous ne pouvons pas voir la publicité ?
    Ou bien est-ce que la publicité est invisible à l’œil mais est quand même comptabilisé ?

  • nfevrier

    On pourrait même dire que bloquer le port 25 sur une box est une atteinte à la neutralité du tuyau, mais elle est loin d’être comparable. Cela affecte ceux qui voudraient leur serveur mail à la maison, mais la motivation est totalement différente et puisqu’elle ne touche que 0.001% des utilisateurs pour protéger une vaste majorité des autres.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Le fait de changer de chaîne ne correspond pas à un Adblock. Ce dernier revient plus à supprimer la pub automatiquement en continuant à regarder le programme…

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Le problème de ton raisonnement vient de la comparaison entre la pub et le spam. Si la pub peut être envahissante, elle rémunère le créateur du contenu que tu consultes. Le spam est une présentation de contenu dont tu n’as demandé aucun élément. Ca n’est pas la même chose…

  • Guillaume

    Du coup que penser des bloqueur de pub dans nos navigateurs…les éditeurs Mozilla, Microzsoft, Apple, Opera,…. ont l’option active par défaut le plus généralement mais on ne dis rien….oui je sais ça marche pas à chaque fois et la parade a déja été trouvé mais bon……

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Seul Microsoft a une option vaguement comparable, de très loin et sans lunettes, avec son option de blocage de cookies. Ca n’est vraiment vraiment vraiment pas la même chose…

  • http://twitter.com/qu4nt1n quentin

    Cet article et les commentaires qui suivent partent d’un présupposé qui consiste à dire que la pub c’est lourd. Eh bien je suis pas d’accord!

    la pub c’est aussi de l’information qui m’a permis certes en de rares occasions, mais tout de même, de faire de bonnes affaires!
    Moi j’ai une freebox v5 donc je ne suis pas concerné, mais je paie free pour m’offrir le meilleur accès internet au meilleurs prix (après je me débrouille), je ne les paie pas pour faire de la politique sur mon dos.

    Quand j’étais en première mon professeur de français nous avais donné comme exercice de choisir une pub dans un magazine, de la commenter et puis de dire finalement si nous achèterions le produit et pourquoi. Pour moi ça a été une révélation, j’avais réussi à pondre genre 4 pages de texte dans lesquels j’avais commenté la présence de chaque objet présent dans la pub jusqu’au choix des couleurs et des mots dans l’accroche.  J’avais réussi à expliciter toutes les feintes utilisées par le publicitaire pour agir sur mon subconscient et pour me faire acheter le produit. (Je vous conseille cet exercice, c’est super intéressant). Depuis je ne regarde (quand je la regarde :-) ) plus la pub de la même manière à la télévision,  je refais rapidement l’exercice dans les 30 secs que dure la pub, en particulier je me demande sur quels ressorts le publicitaire agit pour vendre son produit, mais je ne m’arrête pas là, j’essaie de catégoriser les pubs qui passent pendant l’encart publicitaire, par exemple je me dis tiens ils ont passé 4 pubs pour les desserts, 3 pour les produits d’entretiens etc.. (arf que c’est nul de mélanger les produits d’entretien et les desserts dans une même session de réclame!). 

    Voilà tout ça pour dire que dans la vie quand on subit un truc c’est qu’on est passif alors qu’il faut essayer de toujours rester actif, ça ne nécessite pas beaucoup d’effort juste de la volonté.

    Moi sur les sites internet la pub je ne la vois pas!  
    Par exemple après une discussion j’ai été obligé de retourner vérifier sur un site que je visite pourtant tous les jours qu’il y avait bien de la pub parce que ça ne m’avait jamais marqué.
    A une exception près!  à ce moment là j’utilisais chrome comme navigateur, j’ai fais une petite recherche sur comment avoir les dents blanches, et bien systématiquement sur les sites que je visitais, j’avais en haut, à droite et puis en bas de la page internet de la pub sur comment avoir les dents blanches. Là la pub était tellement visible et intrusive que j’ai tout de suite désinstallé chrome pour adopter firefox et tout est rentré dans l’ordre, elles sont redevenues anonymes et “invisibles”, j’entends par là elle ne m’interesse pas donc je n’y prête pas attention!

    Par contre par exemple sur youtube maintenant ils passent “de plus en plus” de super pub, par exemple de la pub pour les jeux vidéos, ou alors cette pub pour turkish airlines qui met en scène un enfant dans un avion qui se fait interpeller par Messi et kobe Bryant qui rivalisent de tour de passe passe  pour attirer l’attention de l’enfant et puis finalement l’enfant choisit la glace que lui propose l’hôtesse de l’air. Eh bien j’avoue que même si ça fait 10  fois que je vois cette pub et que j’ai la possibilité de voir ma vidéo youtube après 5 sec, et bien je regarde cette pub systématiquement jusqu’au bout!

    Donc tout ce que je demande, c’est aux publicitaires de faire des bonnes pubs (faites moi rêver ou faites moi faire de bonnes affaires) mais j’interdis à free de supprimer la pub pour moi sur l’internet, parce que je sais comment faire tout seul.

  • Lionel GUEZ

    Exposé intéressant, et je suis globalement d’accord avec la plupart des arguments à un  ou deux détail(s) prêt(s) :

     Je ne suis pas d’accord avec votre (ton?) dernier argument : les gros fournisseurs de contenu doivent payer une part des infrastructures de peering, car, il est logique que, sur Internet, celui qui paye le transit est le réseau qui surcharge le plus le réseau de l’autre. En gros, YouTube surcharge le réseau de Free, alors que Free ne surcharge pas le réseau de Youtube (vu que les paquets allant des FAI vers YouTube ne contiennent que des commandes(Lecture, Stop,…) alors que dans le sens inverse, elles contiennent des vidéos entières.), et donc, YouTube devrait payer une partie des frais.

    Ensuite, tu peux me rétorquer :
    “Et la neutralité du net, alors? N’implique-t-elle pas que c’est aux FAI de développer leur réseaux et d’être neutre vis-à-vis des distributeurs de contenu?”
    Oui, et justement!!! Free a beau avoir beaucoup de ressources, ces ressources sont limités. Du coup, devoir payer les infrastructures de peering avec YouTube reduira les investissements de Free dans les infrastructures dans le reste de son réseau, du coup, cela revient à privilégier les gros fournisseurs de contenu par rapport aux petits, et n’est-ce-pas contradictoire avec la neutralité du net???

    Alors en effet,  vous (tu?) avez raison,il peut il y avoir des abus (sites privilégiés parce qu’ils payent, sites inaccessibles..), et seul un cadre législatif (basé sur le fait de celui qui surcharge paye) pourrait régler cela. En l’absence de cade juridique, c’est le far west! Et Free a utilisé des méthodes de cow-boy pour faire flancher Google, avec tout l’ambiguité d’un cow-boy(faire justice soi-même, s’en foutre des conséquences, etc…)
     
    Bref, j’espère avoir été compréhensible et ne pas avoir été trop long, j’ai encore un demi-argument à vous opposer mais j’arrêterais là, de peur d’être trop long. Bref, j’ai hâte d’entendre le débat dans le prochain RDVTech (en live???).

    Lionel GUEZ (Mouurde dans la chatroom Youtube)

  • Lionel GUEZ

     Ah et je sais pas si j’ai été clair quant à ma conclusion :  Selon moi,

    Free a raison d’attaquer Google!!! (même si les méthodes sont dignes du far west)

  • http://twitter.com/qu4nt1n quentin

    Tout ça c’est bien gentil, “google doit payer”, mais en attendant free prend en otage ses abonnés en restreignant l’accès aux services google. Parce que l’article porte sur la pub, mais  si on parle de freemobile, alors là on découvre que free il n’en a rien à faire de la neutralité du net, les services google sont toujours bridés. Et qu’on ne vienne pas me parler d’un soit disant  problème “d’interconnexion free/orange”, la réalité c’est que pour télécharger une modeste application android sur le play store il faut au moins 5 min (en fait plus mais bon j’ai coupé au bout de 5 min) alors que dans le même temps un petit speedtest.net me donne une vitesse de download de 500ko/s (bon 30Ko/s en upload). Le plus flagrant c’était au mois de Septembre de l’an dernier, sur Paris impossible d’accéder au net en utilisant le navigateur, au mois d’Octobre, ça s’est amélioré les recherches sur bing marchait parfaitement, mais rien à faire pour les recherches google.
    Bref tout ça pour dire que la neutralité du net ça concerne pas seulement l’impossibilité d’accéder à une certaine ressource (en l’occurence et pour rester dans le sujet les pubs google) mais aussi elle est remise en question quand l’accès à une certaine catégorie de services (ou sites) est bridée.

    Moi j’ai signé pour 30€ avec free pour recevoir du 10Mega, après ils se débrouillent pour me fournir ça, mais c’est insupportable d’aller sur youtube et de se retrouver avec un débit de 512ko/s voire moins. Bon je dis rien parce que dans l’offre de free y a un autre service inégalé par la concurrence. Par contre freemobile, dans pas longtemps ils vont aller se faire voir, parce que si je peux pas télécharger d’app sur mon téléphone android, bah plutôt que de me reprendre un téléphone qui fait que téléphone, je vais passer à la concurrence qui me permettra de profiter à plein de mon smartphone.

  • Lionel GUEZ

    Non  mais je suis d’accord… Si Free (ou FreeMobile) bride volontairement les services de Google, c’est évidemment scandaleux. La seule chose que je dis, c’est qu’il n’est pas forcément normal que les gros fournisseurs de contenus ne payent rien dans l’infrastructure des réseaux, or, comme il n’existe pas de lois, Free n’a pas d’autres choix que de jouer aux cow-boy (j’aime beaucoup cette image), avec toutes les conséquences néfastes que Patrick a résumé pour les petits sites qui parviennent à ne pas être déficitaire grâce à la pub.

  • Charles Deur

    IDEE: si un logiciel bloque la pub sur un site, alors le contenu du site ne s’affiche pas.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Hehe, pas bête. :)

  • http://twitter.com/Jaydes_ Jaydes

    Bonjour Patrick et merci pour tes émissions, je vient ici réagir à ton argumentation sur le fait qu’utiliser ADBLOCK est du piratage. C’est complètement faux pour moi. Le net est un espace de liberté et tu as tout a fait de proposer des émissions payantes, via la pub. Mais l’internaute a le droit de ne pas se faire gaver de pub. Je compare un peu ça à un homme qui diffuserait dans la rue de la musique et qui t’accuserai de le voler parce que tu n’ouvre pas les yeux pour regarder les banderoles publicitaires qu’il aurait coller à côtés.

    Pour moi soit tu fais un système premium ou il faut payer directement soit tu diffuses librement mais tu ne peux pas demander aux internautes de subir une publicité toujours plus oppressante et je ne parle pas que du net.

    Cela n’enlève en rien le fait que j’apprécie ton travail et tes podcast. Je reste ouvert aux discussions. 

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Salut Jaydes, et merci de tes compliments sur l’émission. :)

    Ta comparaison est intéressante, mais je ne pense pas qu’elle soit tout à fait appropriée : dans le cas d’un type qui joue dans la rue, le “produit” t’es imposé alors que tu marches tranquillement sans rien demander à personne. Mais dans le cas d’un site web, c’est toi qui fait la démarche active d’aller sur le sites pour y chercher le contenu qu’il propose…
    La chose n’est-elle pas différente ?

  • Julien Sitesweb

    C’est la nouvelle économie qui devient la vielle économie.
    Les sites de presse demandent à d’autres de leur donner des revenus. Les sites de musique s’y mettent
    Maintenant les fournisseurs de tuyaux demandent au fournisseurs de contenu de payer. On parle de Youtube, mais pas de Dailymotion, de Google mais pas de Bing, Yahoo, Google reader mais pas de centaines (milliers surement, millions peut-être) de sites, apps qui relaient des news et qui en font un business.
    On ne parle pas non plus de constructeurs. Après tout Apple gagne des milliards de $ et a aussi sa part de responsabilité dans l’augmentation du traffic. En démocratisant l’accès à l’internet mobile ils sont aussi responsable !
    Bref on est dans une situation ubuesque ou plutôt que de demander aux consommateurs de payer un prix juste pour un service on tapent sur ceux qui on trouver un business model qui fonctionne. Oui les opérateurs doivent construire des tuyaux, encore heureux qu’on ne nous demande pas 30€/mois pour lire nos emails ! Et dans le mobile 20€ ne semblent pas suffisant pour qu’ils assurent une qualité de service “correcte”. Le nombre de services bridés comme youtube, gmail, play store, maps ont finalement eu raison de m’on engagement auprès de Free
    Alors il faut trouver des revenus complémentaires et c’est là que ce grandfs n’importe quoi commence….
    De ce point de vue je trouve les dernières évolutions d’Orange plutôt intéressantes puisqu’elles visent clairement à donner de la valeur à leurs forfait par l’ajout de services dédiés.
    Voilà une manière plus intelligente de faire bouger les choses.

  • Manuel PAYET

    Ton post m’a convaincu de ne plus utiliser AdBlock…Les pubs les plus intrusives vont peut-être m’y faire retourner mais pour l’instant, je vais consulter mes sites web préférés avec leurs pubs… Je redécouvre certains sites, d’ailleurs ! Ils ont une autre gueule depuis quelques jours ;o)

    J’entend par “pubs les plus intrusives” celles qui caches l’information que je suis venu chercher directement au chargement de la page.

    Par ailleurs, et c’est certainement un autre débat, mais je voudrai dire que les pubs à la télé sont trop invasives, cela me fait me désintéressé à ce média… sauf sur France 2 qui ne coupe plus une émission tous les quarts d’heure par une pub.

    Pour ramener cet écart à ton article, je finirai donc par écrire que je souhaite que la pub reste mais qu’elle ne gâche pas ce que je suis venu chercher…

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Cool, j’en aurai au moins convaincu un ! Ceci dit, et malgré tout mon discours, je suis tout de même d’accord sur le fait qu’il y en a qui exagèrent un peu tout de même… :)