Le Puits des Mémoires

[MAJ] L’édition électronique est en fait déjà disponible (sur iBook / Kindle), à 12€ au lieu de 16€ en physique. A noter que l’iBook store propose toujours un extrait gratuit ; en l’occurrence presque 3 chapitres. Ca serait dommage de se priver !

Dans cet article, je vais vous parler du tome 1 du “Puits des Mémoires”, l’excellent roman d’heroic fantasy de mon ami Gabriel Katz. Mais avant ça je vais faire un petit voyage dans le temps…
Si vous n’avez que faire des mes états d’âme, passez directement à la section “Le livre” juste en dessous !

Les souvenirs :

Le Puits des Mémoires, c’est pour moi plus qu’un livre, c’est un retour aux racines de l’adolescence et de ce qui fait un peu ce que je suis aujourd’hui : le jeu de rôle. Je suis sûr que nous sommes nombreux dans ce cas ; à dix ou douze ans, nous découvrions, émerveillés, la première édition de Donjons et Dragons (la boite rouge), qui nous permettrait de vivre des aventures dont les générations précédentes ne pouvaient pas même rêver. Très vite, mes amis et moi sommes tombés amoureux de ce passe temps merveilleux, de ces scènes de théâtre étranges qui se jouaient dans notre imagination. Dés de toutes les couleurs, nombreux volumes de l’édition avancée (déjà en anglais pour avoir les tous derniers), innombrables “Livres dont vous êtes le héros”… D’autres jeux comme l’Appel de Cthulhu, Cyberpunk ou le français Mega… Lecture avide du magazine Casus Belli et retrouvailles du samedi à la boutique spécialisée du coin (l’Oeuf Cube pour les parisiens)… Ca rappelle sans doute des souvenirs à beaucoup d’entre vous.

Et puis nous nous sommes lié d’amitié avec un jeune homme dont l’imagination et le talent allaient transformer notre façon de jouer. Très vite, Gabriel s’est senti à l’étroit dans les règles et les descriptions des manuels achetés en magasin… Il était lui aussi un très grand fan de jeux de rôles, mais si ces derniers représentaient le pouvoir de l’imagination, pourquoi n’irait-on pas aller au bout du délire ? Adieu les règles que d’autres avaient décidé pour nous ! Oubliés les univers dont les descriptions étaient récitées comme une leçon de grammaire ! Gabriel voulait faire plus que gérer une histoire : il voulait créer un univers.

Et c’est ce qu’il a fait, avec nous pour l’accompagner, à de nombreuses reprises. Au fil du temps, les règles des jeux qu’il créait se sont vues réduites au stricte nécessaire, puisque tout se passait dans les descriptions et les décisions. L’important était le monde, les personnages, les joueurs et leurs choix. Nous avons tour à tour joué aux flics rebelles, fait virevolter nos vaisseaux spatiaux dans des galaxies lointaines, navigué la hiérarchie d’occultes sociétés secrètes, affronté les plus féroces barbares des terres communes, et vécu encore bien d’autres aventures incroyables.

L’une de ces aventures a commencé il y a cinq ou six ans, peut-être plus. Nous étions deux joueurs ce soir là, et nous reprenions le monde d’heroic fantasy créé quelques années auparavant, pour une nouvelle partie. Je vous laisserai découvrir les premières pages du livre pour savoir de quoi il en retournait, puisque ce sont ces aventures qui se retrouvent désormais édités dans cette trilogie, Le Puits des Mémoires, dont le premier volume vient de sortir.
Vous comprendrez que ce roman est pour moi un peu plus qu’un roman… Et que je suis donc d’autant plus fier de pouvoir dire qu’il est excellent !

Le livre :

Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je ne suis pas du genre à me fourvoyer dans la promotion aveugle des choses qui ne me plaisent pas. Du coup, si le roman de Gabriel avait été mauvais, j’aurais tout de même été un peu emmerdé… Heureusement, il très bon. :)

Je l’ai fini en quelques jours, et au delà de toutes considération personnelle, je peux dire qu’il est assez rare de trouver dans la littérature d’héroic fantasy les qualités que j’ai trouvé dans ce livre. Voici quelques unes des raisons qui me font penser que ce livre vaut son pesant de brousoufs, et que les acheteurs ne seront pas déçus de leur investissement.

1) A tous les niveaux, le livre trouve le parfait équilibre.
Et en conséquence la lecture en est un vrai plaisir. Deux exemples :
D’une part, le rythme est totalement maîtrisé. Aucun chapitre n’est là pour faire du remplissage, et on ne s’emmerde à aucun moment. Toutes les quelques pages, on apprend quelque chose qui nous intrigue, qui nous étonne ou qui nous amuse… Du coup on en redemande, et on ne lâche pas le bouquin jusqu’à l’avoir fini. Il ne fait d’ailleurs “que” 400 pages, juste ce qu’il faut. Dans les classiques du genre, on navigue plutôt généralement dans les 600 à 800 pages, voir plus, et il y a souvent des passages un peu laborieux. Rien de tel ici.
D’autre part, il réussi à rester ancré dans l’heroic fantasy en évitant les poncifs du genre. Pas de nains qui détestent les elfes ou de gros dragon qui terrorise la population. Le monde part d’une base presque “normale”, et ajoute des petites touches de magie et de mystère parfaitement intégrées à un univers dont la mythologie et l’histoire se dévoilent peu à peu. Du coup, c’est vraiment un livre que tout le monde peut lire, même ceux qui ne sont pas fans du genre. Au même titre que l’excellent Game of Thrones par exemple.

2) Livre est vraiment “écrit”.
Gabriel est un véritable auteur (il a déjà beaucoup écrit, même si c’est la première fois qu’il le fait sous son nom), et il est aussi un vrai geek qui passe son temps entre jeux de rôle, jeux vidéos et films de genre. Un littéraire doublé d’un rôliste, c’est rare, et du coup le résultat est inatendu : le texte est un plaisir à lire, pas seulement pour l’aventure, mais aussi pour la langue. Les mots sont choisis, la langue est aussi châtiée que dans un classique, mais au lieu d’être soporifique ça éveille les sens, ça colore les pages et notre imagination.

3) On ne sait jamais ce qui vient.
Au delà de l’artifice classique de l’amnésie sur laquelle s’ouvre le livre, rien n’est attendu. Après quelques chapitres, on réalise qu’on n’a aucune idée de ce qui va arriver ; je mets d’ailleurs au défit le lecteur de deviner comment va évoluer l’histoire, qui ne suit aucun des schémas habituels. Que ce soit pour l’aventure elle-même ou pour ce qu’on apprend des protagonistes, on est toujours surpris et enthousiasmé par les petites pièces du puzzle qu’on glane chapitre après chapitre. C’est un qualité suffisamment rare pour être signalée, et qui vaut peut-être même à elle seule la lecture du livre.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce premier volume (et je vous assure que ça n’était pas gagné). Pour info, j’en ai acheté deux (un pour moi et un pour mon père), et ma compagne l’a déjà fini aussi… Comme quoi, ça parle à tout le monde !
Je vous encourage donc vivement à passer par l’iBook ou le Kindle store, ou si vous aimez le vrai papier d’aller à la Fnac (en magasin ou sur Fnac.com), ou chez votre libraire du coin, ou sur Amazon, ou chez l’éditeur Scrineo, et à dépenser quelques sous pour acquérir ce livre. Je ne le fais pas seulement parce que c’est un pote qui l’a écrit ou parce qu’il y a un petit bout de moi dedans : je le fais surtout parce qu’il est vraiment vraiment bien et que vous vivrez les début d’une aventure excitante dont vous attendrez la suite avec impatience.

Pour ma part j’attends déjà le deuxième volume, Le Fils de la Lune, qui devrait sortir en Octobre. Enfin, moi je suis un privilégié : j’aurai peut-être le droit de le lire un peu en avance, si je demande gentiment. :)

Ah une dernière chose : les liens pour suivre Gabriel sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter. Soyez gentil avec lui, il débute ! Dites lui bonjour de ma part, et si vous lisez le livre dites lui ce que vous en aurez pensé, ça lui fera plaisir.

May 31st, 2012
  • Loconox

    Salut,

    Merci pour ta revue sur ce bouquin, tu m’as convaincu !
    Quel est la meilleure manière de se procurer le livre en version papier en rémunérant au maximum l’auteur ?

    Merci.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Je pense que c’est un peu la même chose partout ; de toute façon tout passe par chez l’éditeur, donc prends ce que tu préfères !

  • http://twitter.com/ellisfr Ellis

    Je suis en train de le lire sur Kobo, c’est très sympa en effet !
    Lequel des personnages jouais tu ? (N, O ou K ?)

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Heureux que ça te plaise ! Pour le perso que je jouais je ne vais pas répondre tout de suite : il y a un (petite) chance que ça me serve pour un concours à venir… :)

  • PabOu

    Sur Kindle, impossible de l’acheter : Actuellement indisponible :(

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Damned ! Est-ce que c’est la même chose pour tout le monde ? Je vais transmettre le message à l’éditeur. Si les choses changent préviens nous stp.

  • Sylvain Chatton

    Arg ! Indisponible pour la Suisse ! Alors soit j’achète une maison en France, soit je patiente…

  • http://twitter.com/ellisfr Ellis

     Je l’ai fini hier soir, j’ai beaucoup aimé, on ne s’ennuie pas, on a toujours envie de connaitre la suite, il y a des rebondissements et des passages assez drôles.

    Maintenant j’ai envie de connaitre la suite, c’est comme Game of Thrones, vivement la saison suivante !

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    La maison d’édition me signale que tu peux tout de même le commander chez eux ! :)
    http://www.lescarnetsdelinfo.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=118

  • Dwarf

    Hello,

    Juste une petite question. Je viens de télécharger l’extrait sur mon Kindle et je suis le seul à avoir une mise en page un peu bizarre ? Les marges sont vraiment monstrueuses, ça doit être sympa sur papier, mais sur le Kindle on perd la moitié de l’écran et le confort de lecture n’est pas super.

    C’est juste l’extrait qui est comme ça ou c’est tout le livre ? Si c’est tout le livre, il faudra que j’attende de rentrer du Canada pour acheter le livre papier (du coup je pourrai prendre les 2 premiers tomes d’un coup).

    Merci.

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Tu peux tout à fait changer la taille des caractères sur toutes les apps de lecture de livres électroniques, Kindle y compris. La police “par défaut” est effectivement un peu petite (c’est le cas sur certains livres), mais c’est réglable en deux secondes. :)

  • Dwarf

    Oui, je sais pour la taille des caractères. J’ai encore la chance d’avoir de bons yeux donc je lis avec une écriture toute petite. C’est plus les marges qui m’embêtent, elles prennent la moitié de l’écran même en les réduisant le plus possible

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Hmmm je ne suis pas sur de savoir à quoi ça correspond, je ne crois pas avoir déjà vu ça… Est-ce que tu pourrais mettre une capture d’écran quelque part ?

  • Dwarf

    Le puits des mémoires : https://dl.dropbox.com/u/3980396/Le%20Puits%20des%20m%C3%A9moires.gif

    Farlander également acheté sur la boutique Kindle : https://dl.dropbox.com/u/3980396/Farlander.gif

    Les réglages de marge et de taille d’écriture sont les mêmes

    La différence n’est pas très flagrante, mais je trouve ça assez dérangeant sur le Kindle qui n’a déjà pas un écran énorme quand on est habitué aux livres grand format.

    En tout cas merci pour le service avant-vente ;)

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    Effectivement, je pense que cet aspect de la mise en page n’est pas réglable. A mon avis ça n’est pas trop gênant, mais si ça te dérange je crains qu’il n’y ait pas de solution. Désolé !

  • Dwarf

    En faite en regardant les deux l’un à côté de l’autre je me dis que c’est plus une question d’habitude et qu’au bout de 2 ou 3 pages (ou chapitre) ça devrait passer ;)
    Je vais juste devoir tourner les pages un peu plus souvent ^^

  • PabOu

    Toujours indisponible au format kindle depuis la Belgique :(

  • http://patrickbeja.com/ Patrick

    J’ai fait remonter l’info aujourd’hui… on verra ce que ça donne.

  • http://www.guillaumevende.me Guillaume Vendé

    Du coup, je ne sais plus si le concours a été terminé et si les résultats ont été donné. Mais alors, peux-tu nous dire quel personnage tu jouais ? :)

  • Pingback: Knocking Dogs